Concours - Domaine viticole de Gagnebert

Réalisation de salles de réception et d'un bâtiment agricole - 2018

Concours restreint sur le domaine viticole de Gagnebert à Juigné sur Loire (Maine et Loire – 49). Création d’un bâtiment lié à l’exploitation agricole (stockage d’une partie de la production viticole, de produits phytosanitaires et lubrifiants, matériel agricole, locaux sociaux, aire de lavage du matériel) et de deux salles de réception (capacité : salle 1 entre 150 et 200, salle 2 entre 350 et 450 personnes avec locaux traiteur)

Le contexte : Une horizontalité se dégage du lieu, accentuée  par la succession des rangs de vigne du domaine. Différentes matières prennent part à sa composition : la terre, le schiste ardoisier, la vigne, le bois et le métal. Autant d’éléments qui créent une trame ordonnée issue du travail de la viticulture, le parcellaire ne faisant qu’accentuer cet effet. Le programme faisant apparaitre deux grands axes majeurs, le parti pris fût donc de créer deux bâtiments distincts s’insérant dans cette trame paysagère. Un espace de dégustation, hors programme, en lien direct avec les salles de réception a été proposé.

Programme : Création d’un bâtiment professionnel et de salles de réception
Localisation : Juigné sur Loire
Client : Maîtrise d’Ouvrage privé
Phase : Concours
Surface : bâtiment d’exploitation (1040m² hors dégagements) – salles de réception (880m²)
Partenaires : Page Ingenierie (économiste de la construction)
Atelier AVENA (bureau d’étude paysage)
AMBRE énergie (bureau d’étude fluides)
ODB Structures (bureau d’étude structures)

Les salles de réception : Le bâtiment accueillant les salles de réception et l’espace de dégustation vient  s’implanter, s’ancrer, au cœur du vignoble existant, sur le même sol, sur la même terre.
Le bâtiment a plusieurs échelles de lecture : à l’approche du domaine, le long de la route de MARTIGNEAU, c’est d’abord une ligne horizontale qui se dessine dans le ciel ligérien. Puis, le bâtiment devient « une fenêtre » ouverte au cœur des vignes.
L’espace de dégustation  fait figure de tête de proue du bâtiment, un « trait d’union » entre la production et la réception. Cet espace permettra de déguster et de faire découvrir le travail et le savoir-faire du domaine  au cœur même des vignes.
Le schiste ardoisier « socle du projet » et le métal constituent les matériaux dominants des façades côté Route de MARTIGNEAU. Les locaux  annexes, sanitaires, traiteur, sont traités sous forme de volumes simples bardés de bois et orientés sur parking.
Un parc de stationnement paysagé vient accompagner l’aménagement de l’ensemble de la parcelle. Cet espace fera l’objet d’une étude d’intégration particulière, dans un souci de respect du site et de son environnement. Egalement dans un souci de préservation de l’environnement, les vignes situées sur l’emprise du bâtiment seront transplantées.
Le cheminement piétonnier depuis les places de stationnement se fait à travers les rangs de vigne, tel un parcours initiatique, jusqu’au parvis desservant les salles et l’espace de dégustation.

Le bâtiment d’exploitation agricole : En contact plus rapproché avec la production actuelle, le bâtiment se distinguera par son traitement des façades en bardage bois à faux clair voie pour les parties isolées (stockage de la production, produits phytosanitaires et lubrifiants) et l’emploi de lames bois ajourées pour celles non isolées (stockage matériel, aire de lavage). Les locaux sociaux sont traités avec un parement de schiste ardoisier sous forme de « mur gabion » issu du terroir marquant ainsi l’accès au bâtiment. Un soin identique à celui des salles de réception sera apporté au stationnement du personnel.

2ème PRIX - Concours Office Technique pour l’Utilisation de l’Acier (OTUA)

Réhabilitation d’une plateforme pétrolière dans un port de commerce - 1997

Problématique

La plateforme : une fois leur durée de vie passée, la question se pose de comment se « débarrasser » de ce type de construction ? La réhabilitation, dans la mesure du possible, plutôt que la destruction, est une des solutions, mais comment et en quoi ? En effet, une fois amarrée dans un port, une plateforme devient un objet insolite, hors échelle, hors contexte.

Le lieu : La plupart des ports de commerce ne bénéficient pas d’une attractivité, autre que leur fonction première, ces derniers ayant leur propre autonomie. Il  y a d’un côté la ville et de l’autre le port, bien que faisant partie d’une seule et même entité.

Le projet : La réhabilitation de la plateforme pétrolière en salle de spectacle, équipement à l’échelle de cette dernière, permettrait de résoudre ces deux problématiques. La plateforme retrouve une fonction et la ville une manière de se tourner vers le port et d’y apporter une autre forme d’attractivité.

 

La salle de spectacle vient se greffer sur le pont supérieur de la plateforme telle un vaisseau amarré à sa base.  L’enveloppe de la salle est traitée à l’instar d’une coque d’un navire, l’ancien derrick devant sa mature et servant de signal, de phare pour la ville, les soirs d’ouverture.

Les éléments constitutifs de la plateforme sont conservés et réadaptés à l’usage de sa nouvelle fonction. Les piles, gigantesques tubes en acier servent  de billetterie, d’accès à la salle et au restaurant panoramique tourné vers l’océan. Elles ont également pour fonction de servir de support signalétique aux évènements programmés. Les grues, elles, permettent la mise en place des décors éventuels nécessaires depuis le quai.