Cette étude de maisons de villes (petits collectifs) vient prendre place sur l’ancien site d’exploitation minière des ardoisières de Trélazé (Maine-et-Loire 49). Le site offre un paysage d’exploitation minière à travers la présence de bâtiments industriels désaffectés et des monticules de déchets de schistes ardoisiers sur lesquels se développe une végétation pionnière.

Ces maisons de villes se développent sur un système en bande permettant d’offrir des espaces privatifs et publics. Des venelles permettent de relier le tissu urbain existant au parc créé par la ville de Trélazé. La différenciation entre ces différents espaces est matérialisée par des murs en pierre constitués avec les restes, non exploités, des blocs d’ardoise présents sur le site. La circulation au sein des bandes foncières créées est entièrement piétonne. La circulation automobile ainsi que le stationnement se fait en périphérie de ces dernières.

Ces maisons reprennent, en termes de volumétrie et de matériaux, l’architecture des anciens bâtiments industriels présents à l’époque sur le site : toiture shed en bac acier, éclairage zénithal, charpente métallique, mur en maçonnerie. Ces logements se développent sur deux niveaux : au RDC, les pièces de vie ; à l’étage les chambres et la salle de bain. Les logements peuvent être jumelés afin d’offrir des surfaces plus importantes et d’autres typologies.

Programme : Etude de maisons de ville
Localisation : Trélazé (Maine-et-Loire 49)

thierry-maitre-architecte-trelaze

thierry-maitre-architecte-trelaze-plan-ciel

thierry-maitre-architecte-trelaze-coupe

thierry-maitre-architecte-trelaze-plans